5 conseils pour bien vivre le régime pauvre en FODMAPs

conseils pour bien vivre le régime pauvre en FODMAPs

Commencer le régime pauvre en FODMAPs peut parfois décourager. En effet, cela implique de bouleverser une partie de vos habitudes alimentaires et d’oublier certains de vos petits plaisirs quotidiens, de quoi vous freiner. C’est néanmoins une étape nécessaire dans l’amélioration de vos troubles digestifs si vous souffrez du syndrome de l’intestin irritable. WeCook We Care vous vient en aide et vous propose aujourd’hui 5 conseils du quotidien pour un passage à un régime pauvre en FODMAPs en douceur et bien organisé !

1. Faites le tri dans vos placards

Le SII et la sensibilité aux FODMAPs implique un changement des habitudes de consommation et donc de vos ingrédients de routine. Le contenu de vos placards va évoluer en même temps que le contenu de votre assiette, ce qui ne signifie nullement la fin du plaisir des papilles, simplement la découverte de nouvelles saveurs et de nouveaux produits.

Les diététiciennes WeCook We Care ont dressé pour vous la liste des indispensables pour votre placard salé :
– Riz, quinoa et boulgour,
– Semoule de maïs,
– Sarrasin,
– Sauce tomate,
– Conserves de légumes (épinard, céleri voire, en cas de dépannage seulement, haricots verts et carottes),
– Conserves de poisson,
– Huile d’olive.

programme-sii

Et pour votre placard sucré :
– Sucre blanc, sucre roux,
– Sirop d’érable, sirop de sucre de canne,
– Farine de riz, farine de sarrasin,
– Fécule de maïs,
– Tartines craquantes au sarrasin, galettes de riz,
– Cacao en poudre,
– Marmelade d’orange,
– Purée d’amandes,
– Amandes, noisettes, noix…

2- N’oubliez pas votre liste de courses

Qui dit changement d’alimentation dit également nouvelle liste de courses. Pour ne pas perdre des heures dans cet hypermarché que vous pensiez connaître à la recherche des aliments de vos nouvelles recettes, pensez à la liste de courses – idéalement organisée selon les rayons dans lesquels vous allez déambuler. Chez WeCook We Care, nous avons conscience que le passage à un régime pauvre en FODMAPs modifie en conséquence vos ingrédients des recettes du quotidien. C’est pourquoi, avec vos menus hebdomadaires, vous trouverez une liste de courses automatisée correspondant aux ingrédients de la semaine, pour vous, pour vous et monsieur et même pour vous, monsieur et les enfants.

3- Prévoyez vos repas à l’avance

Nouvelles habitudes, nouvelles recettes… nouvelle organisation ! Les premiers temps d’un régime pauvre en FODMAPs peuvent parfois se révéler laborieux… Vous découvrez des plats que vous n’aviez pas l’habitude de cuisiner, des saveurs et des aliments peut-être oubliés mais qui sauront apaiser vos troubles et amélioreront votre quotidien, ce serait donc dommage de s’en priver ! Aussi, pour ne pas vous décourager le soir en rentrant de votre (trop) longue journée de travail, pourquoi ne pas consacrer deux heures de votre dimanche à la préparation d’une partie de vos plats ? Nettoyez et préparez les légumes de la semaine, cuisez-en certains, anticipez la préparation de vos plaisirs sucrés, concoctez vos repas pris au bureau… Vous nous remercierez en rentrant à la maison les soirs de semaine.

Et si vous n’avez pas forcément envie de passer aux fourneaux le dimanche et préférez profiter des enfants, pourquoi ne pas leur faire mettre aussi la main à la pâte ? Le moment corvée deviendra ainsi très rapidement un moment de partage ! Et, sans le savoir, vous ferez vos premiers pas en batch cooking !

programme-sii

4- Notez l’évolution de vos troubles digestifs

Pour vous motiver à persévérer dans le régime pauvre en FODMAPs, notez quotidiennement vos troubles digestifs, vos passages à la selle, vos épisodes de douloureux ballonnements sur un beau petit carnet. Idéalement, commencez à les noter une semaine avant de vous lancer dans le régime pauvre en FODMAPs

Au bout de quelques semaines de la phase dite d’exclusion des FODMAPs, observez sur votre petit carnet l’évolution de vos maux. Vous constaterez très probablement que vous en subissez chaque jour un peu moins, un élément clef pour vous motiver à continuer !

5- Maîtrisez votre pathologie et les FODMAPs

Se lancer dans l’aventure des FODMAPs nécessite quelques apprentissages pour ne plus se retrouver penaud(e) face à une recette qui vous fait tant saliver. Faites-vous un tableau à afficher sur le réfrigérateur avec, d’une part, les aliments pauvres en FODMAPs et, d’autre part, ceux à éviter. À force de les lire en ouvrant votre réfrigérateur, vous les connaîtrez par cœur et n’aurez plus aucun moment d’hésitation. Cela vous aidera en outre au restaurant : les aliments irritants ne vous passeront plus sous le nez, vous les repérerez, les traquerez et votre transit en sera apaisé !

À découvrir sur le même sujet :
Comment mettre un terme aux symptômes du SII grâce à notre régime pauvre en FODMAPs ?
Comment soulager naturellement les douleurs liées au syndrome de l’intestin irritable ?