Nos recettes à la cool pour les vacances

Nos recettes
à la cool
pour les vacances

À IMC trop élevé et sur la durée, risque de diabète augmenté !

Un risque de diabète plus élevé selon l'ancienneté de l'obésité

Nous savons depuis plusieurs décennies que l’obésité constitue l’un des principaux facteurs de risque du diabète de type 2. Seulement, jusqu’à présent, on ignorait que la durée cumulée en état d’obésité pouvait avoir un impact aussi conséquent que sa sévérité dans le risque de développer un diabète de type 2. Explications.

Un risque de diabète plus élevé selon l’ancienneté de l’obésité

Une étude menée par une équipe de l’Indiana University, publiée dans la revue Diabetologia, a suivi 11 192 femmes durant 16 ans. Les participantes, de l’Australian Longitudinal Study on Women’s Health (ALSWH), étaient âgées de 18 à 23 ans lors du lancement de l’étude en 1996. L’objectif de cette étude ? Comparer l’évolution de l’indice de masse corporelle (IMC) par rapport à l’incidence du diabète de type 2. D’autres facteurs ont été pris en compte comme l’apport alimentaire, l’apport énergétique, l’apport en fibres, l’index glycémique, le nombre d’enfants…

Au terme de cette étude, 6 trajectoires d’IMC ont pu être identifiées, depuis l’IMC des participantes en 1996 à leur évolution au terme de l’étude. Et les résultats sont sans appel : un nombre plus élevé d’années d’obésité est corrélé à un plus fort risque de développer un diabète. Le risque de diabète de type 2 varie selon la durée de l’obésité :
– en cas d’obésité de moins de 10 ans, le risque de diabète est multiplié par 2 ;
– si l’obésité et comprise entre 10 et 30 ans, le risque est multiplié par 3 ;
– si elle est supérieure à 30 ans, le risque est alors multiplié par 6.

Bon à savoir : un IMC plus conséquent au départ est corrélé à un risque plus élevé de diabète. Au contraire, plus l’obésité apparaît tardivement moins le risque de diabète est présent. L’équipe de l’Indiana University a estimé que le risque était 13% moins élevé par année « retardée » d’apparition de l’obésité.

Un risque de développer un diabète de type 2 en cas de surpoids ?

L’équipe du Dr juhua Luo a constaté que le surpoids (IMC compris entre 25 et 29,9) augmentait lui aussi le risque de développer un diabète de type 2. Les femmes en surpoids multipliaient leur risque de diabète par 2,3 par rapport à des femmes de poids normal. Quant aux femmes en surpoids en 1996 qui ont pris du poids rapidement, le risque est multiplié par 5 par rapport à des femmes dont le poids était et s’est maintenu normal.

La durée de l’obésité apparaît ainsi comme un facteur non négligeable de diabète de type 2. Or, au début de l’âge adulte, nombreuses sont les femmes à connaître une augmentation rapide de l’IMC. Il faut donc veiller à prévenir et à retarder le début de l’obésité afin de limiter le risque de développer un diabète de type 2.

Sur le même sujet :
Le surpoids favorise-t-il le diabète ?
Quels sont les principaux risques du surpoids ?

Sources :
Diabetologia,
Santé Log.