Pour soutenir la journée mondiale de la maladie coeliaque, WeCook We Care versera pour tout régime Coeliaque acheté, 1 € à l’association AFDIAG 🎁

Je mange quoi en cas de brûlures d'estomac et reflux gastrique ?

Brûlures d'estomac et reflux gastrique
Vous éprouvez souvent une sensation de brûlures dans l’œsophage ? Vous avez des remontées acides dans la gorge ? Si ces petits désagréments sont bénins, ils sont cependant désagréables voire carrément douloureux. Et si l’on vous disait qu’il était possible de soigner ces petits maux en opérant de bons choix alimentaires ! On fait le point.

À quoi sont dus les reflux ?

Sous l’effet d’une mauvaise alimentation, d’un microbiote déséquilibré, du stress et de bien d’autres facteurs encore, le tapis muqueux est altéré et les cellules de l’œsophage ne sont plus bien serrées. Elles sont alors attaquées par les ions acides. Pour se défendre, ces dernières sécrètent des cytokines, des molécules inflammatoires qui altèrent le fonctionnement moteur de l’œsophage et du sphincter. D’où le phénomène de reflux !

Les aliments à privilégier

Je mise sur les légumes

Les fibres des légumes favorisent le transit tandis que leurs minéraux alcalinisent le pH sanguin. Mais ce n’est pas tout ! Les légumes sont bourrés d’antioxydants protecteurs de la muqueuse de l’œsophage. D’ailleurs, plus ils sont colorés, plus ils en contiennent ! Qu’attendez-vous pour inviter les crucifères, poivrons et autres tomates dans vos assiettes ?

Je dis oui aux fruits

Tout comme les légumes, les fruits sont également d’excellentes sources d’antioxydants. Toutefois, il faudra limiter votre consommation à 2 ou 3 fruits par jour en raison de leur richesse en sucres fermentescibles. De plus, consommez-les de préférence en dehors des repas.

Je ne lésine pas sur les oméga-3

En France, nous consommons en moyenne 20 fois plus d’oméga-6 que d’oméga-3 alors que nous devrions consommer au maximum 4 fois plus d’oméga-6 que d’oméga-3, voire idéalement autant d’une famille que de l’autre. Pour calmer l’inflammation de l’œsophage, il est primordial de rétablir un bon équilibre entre oméga-6 (pro-inflammatoires et oméga-3 (anti-inflammatoires). Ces derniers renforcent les membranes cellulaires de l’œsophage, constituées de gras. Vous trouverez ces précieux oméga-3 dans les bonnes huiles végétales. Réservez l’huile de colza et l’huile de cameline bio pour vos assaisonnements et l’huile d’olive pour vos cuissons !

Les aliments à limiter

Je fuis les ralentisseurs de la digestion

Commencez par bannir l’alcool et les graisses des plats industriels. Et faites également attention aux aliments qui entraînent une distension gastrique comme la soupe, les boissons gazeuses et l’eau en quantité durant les repas.

J’oublie les perturbateurs du sphincter

Le café, le gluten et les laitages sont des perturbateurs du sphincter de l’œsophage et peuvent donc entretenir le phénomène de reflux. Testez votre tolérance au café en le supprimant de votre alimentation pendant une semaine. Et procédez de la même manière pour le gluten et les laitages.

Les règles d’or à respecter

Je prends le temps de manger

De récentes études ont démontré que lorsque les repas sont pris trop rapidement, le reflux gastrique augmente. Prenez donc le temps de manger et surtout de bien mastiquer. Plus vous mastiquez, plus vous produisez de salive et d’enzymes qui amorcent la digestion.
https://www.wecook.fr/bien-mastiquer-est-bon-pour-la-sante/

J’opte pour de petites collations

Pour faciliter la vidange gastrique, n’hésitez pas à fractionner vos repas avec deux petites collations.

Je ne reste pas constipé

La constipation a tendance à ralentir la digestion. C’est logique quand on y pense : si le bas est plein, le haut fonctionne au ralenti !
https://www.wecook.fr/constipation-au-secours-ca-coince/


 

Ne laissez plus votre intestin décider pour vous ! Découvrez notre accompagnement nutritionnel Syndrome de l’Intestin Irritable, basé sur un régime pauvre en FODMAPs. Celui-ce pour permettra de cuisiner en tenant compte de votre syndrome, de retrouver un équilibre nutritionnel sain, de moins souffrir physiquement et psychologiquement, d’être plus serein dans votre environnement professionnel et de sortir de l’isolement social.