Sport et diabète : quelles activités physiques puis-je pratiquer ?

Des mois que vous regardez moisir vos belles baskets de course au fond du placard ? Chaque dimanche soir, vous vous promettez de faire un peu de sport dans la semaine mais vous oubliez vite votre bonne résolution ? Nous pouvons vous comprendre ! Pourtant, le sport et toute activité physique peuvent être particulièrement bénéfiques dans le traitement du diabète de type 2, quelles que soient l’activité, sa durée et son intensité. On vous explique.

Les bénéfices du sport dans le traitement du diabète de type 2

Un  sondage récent révèle que les bienfaits de l’activité physique sur le diabète de type 2 sont sous-estimés : si 88% des personnes interrogées estiment que l’alimentation a un rôle clé à jouer dans le traitement de cette maladie chronique, seules 52% d’entre elles pensent de même concernant l’activité physique. Pourtant, la pratique d’un exercice prolongé régulier favorise la baisse du glucose sanguin – l’exercice peut accroître l’extraction du glucose sanguin de 7 à 20 fois –, notamment par une consommation accrue de calories. Résultat ? Une glycémie stable, un poids maîtrisé et une fonte de la masse graisseuse (responsable de l’insulino-résistance) ! Le sport permet en outre la régulation d’un excès d’insuline dans le sang (hyperinsulinisme) et diminue le travail de sécrétion du pancréas.

Mais ce n’est pas tout ! Sur le long terme, le sport et même l’activité physique régulière limite nombre des risques liés au diabète de type 2, notamment cardiovasculaire (comme l’hypertension artérielle ou la formation de plaques d’athérosclérose), articulatoire (arthrose), respiratoire ou bien osseux (ostéoporose)… Aller vous défouler lors d’une course-à-pied ou d’une promenade vous démange ? Attendez encore un peu !  

diabete-programme-mcp
Sport et activité physique : quelles différences ?
L’usage veut qu’on parle de sport pour une activité physique dans des règles et un temps déterminé, souvent avec un objectif de performance. L’activité
physique désigne quant à elle tout type d’effort musculaire, sans considéra-
tion de temps ni de règles, effectué au cours d’une journée et qui engendre
une dépense énergétique plus élevée qu’au repos. Monter les escaliers, faire le ménage, déambuler dans les boutiques sont des activités physiques !

Diabète de type 2 : quelles activités favoriser ? 

Préférez les activités dites d’endurance, à intensité modérée, comme la marche rapide, la natation ou encore le vélo. Les activités à intensité forte doivent être validées par votre médecin car elles peuvent causer un pic d’insuline afin de compenser la baisse brutale du taux de sucre dans le sang.

Si rien qu’à la lecture des termes natation ou vélo vous avez pris peur, essayez d’y aller accompagné(e) : une promenade à vélo à deux saura vous détendre, une session natation entre amis saura vous motiver. 

Pensez aussi à joindre l’utile à l’agréable si vous êtes seul(e) : écoutez de la musique en marchant, faites le tour d’un lac, profitez d’un bain à remous après la séance de natation, reproduisez une chorégraphie sur la WII… Le champ des possibles est presque illimité !

À quelle fréquence ?

Vous vous en doutez certainement, c’est la régularité qui paiera plus que la quantité. Inutile de vous épuiser chaque dimanche avec 3 heures de vélo. Essayez plutôt de pratiquer une activité physique 30 minutes par jour, 5 jours par semaine : vous ne verrez pas défiler les minutes ! Pour les plus courageux, 3 séances par semaine de 50 minutes vous seront particulièrement bénéfiques.

diabete-programme-mcp

Un dernier argument en faveur de l’activité physique ? Chez une personne souffrant d’un diabète de type 2, 150 minutes dédiées à l’exercice chaque semaine – sans oublier une alimentation adaptée – permet de faire diminuer l’hémoglobine glyquée (hémoglobine liée chimiquement à du sucre) d’environ 0,7%.

Le saviez-vous ?
Depuis mars 2017, il est possible pour les personnes bénéficiant d’une ALD de se voir prescrire le Sport sur Ordonnance, permettant un suivi médical
régulier et pluriprofessionnel. Ce n’est aujourd’hui malheureusement pas
pris en charge par l’Assurance Maladie.

Quelles contre-indications à l’activité physique ?

Elles sont peu nombreuses : hypoglycémies fréquentes, traitement rétinien récent au laser, neuropathie avancée, mal perforant plantaire. Une hygiène stricte des pieds et des plaies est toujours nécessaire. Parlez-en à votre médecin avant de vous lancer dans une activité physique.

À lire également sur le même sujet :
Comment améliorer sa maîtrise de la glycémie avec notre régime Diabète de type 2
Peut-on guérir du diabète de type 2 et à quel prix ?